5.5.10

Ma lino grosse dame.

Lyon-Paris

Le type me regarde et quand je le regarde il fait semblant d'observer la vitre noire. Le train a une heure de retard maintenant. Il écrit sur son ordinateur, rapidement, presque par pulsions. Je crois qu'il écrit un livre. Je regarde par dessus son épaule et lis "... en ce qui concerne le dossier de 2007, je vous propose de ..." Alors soit c'est un roman qui parle de boulot, soit c'est un mail de boulot.

Paris-Lyon

Je suis dans le wagon vide, la seule du wagon, toutes les autres places sont sans personne. Je peux mâcher mes chips énergiquement. Et puis il y a cette fille, elle entre, arrive à côté de moi, me regarde et me dit "Vous êtes à ma place, 47, wagon 6, duplex bas." Je regarde mon propre billet "47 wagon 6 duplex bas". Cette place est aussi la mienne. Je me dis c'est impossible, deux personnes pour une même place, dans un train vide. Je regarde son billet et remarque la date. "Mademoiselle, votre billet est pour demain." Elle ressort. Je suis dans le wagon vide.

12 commentaires:

  1. C'est absurde toutes ces situation, c'est vraiment drôle, enfin bien raconté en tous cas :)

    RépondreSupprimer
  2. je trouve que la deuxième situation a vraiment quelque chose de surréaliste. Et ça me plait.

    RépondreSupprimer
  3. Ca m'est déjà arrivé, 2 billets pour la même place.
    Heureusement il y avait peu de monde, mon voisin s'est décalé, et la jeune fille au même billet et moi avons cherché à comprendre pendant longtemps. Jusqu'à ce que je pose bêtement la question au contrôleur.
    Mon billet était pour le lendemain.

    RépondreSupprimer
  4. Valentine: moi aussi je trouvais ça surréaliste!

    RépondreSupprimer
  5. Merci ! Si tu savais combien ca me fait plaisir, je te lis depuis tellement longtemps !

    Je ne sais pas écrire aussi bien que toi, tous tes mots me parlent, et me touchent parfois.
    Puis je me suis dit que tu écrivais avec ton cœur, et que c'est ça le plus beau, alors je me suis lancée.

    Et de temps en temps, je suis contente du résultat.

    Merci merci merci

    RépondreSupprimer
  6. Une fois, c'était au milieu d'août, et cette femme est venue me voir en me disant que j'étais assise à sa place, alors que c'était la mienne pourtant, et ensuite je lui ai dit qu'on était le 12 et pas le 19, et je me suis demandé comment on pouvait se tromper d'une semaine toute entière, et j'ai pensé qu'elle devait attendre quelque chose très fort, tellement fort que ça lui avait fait perdre toute notion du temps.

    RépondreSupprimer
  7. Tellement fort qu'elle voulait déjà y être!

    RépondreSupprimer
  8. Oui je me doutais que ça serait un passage éclair ! Mais dès que j'ai lu ton commentaire disant que tu étais à Paris, aux Arts Déco pour ton dossier, j'ai passé la journée à me dire "zut, peut-être que là tout de suite elle est en bas et je ne le sais même pas !", et puis en sortant le midi pour aller manger, je croyais te voir dans d'autres filles, mais non.
    Et j'ai changé de numéro, il faudrait que je te donne le nouveau, et que tu me donnes à nouveau le tiens, au cas où, pour une prochaine fois :)

    RépondreSupprimer
  9. J'adore complétement ta linogravure, tu t'améliores ;)
    Justement, l'autre jour je feuilletais un bouquin sur des gravures révolutionnaires entre fin 1800 et 1980, quelque chose comme ça, et c'est fou la qualité de certaines linogravures que l'on peut y trouver... de gravures sur zinc aussi...
    Je pourrai te redonner les références si ça t'intéresse!

    RépondreSupprimer
  10. ça m'intéresse carrément oui!

    RépondreSupprimer
  11. C'est fou. La dernière fois, je voyais pas la grosse dame. Je voyais juste beaucoup de blanc, du noir, et des traits. Et puis là, aujourd'hui, c'est comme si mon esprit avait ouvert une fenêtre, et quand j'ai regardé ton image, la première chose que j'ai vu, c'est bel et bien cette grosse dame.
    L'esprit est bizarrement fait.

    RépondreSupprimer
  12. C'est génial que ton esprit ai fait ça!

    RépondreSupprimer